Expositions antérieures

Flers-Courcelette

Du 12 au 18 septembre 2016



Le 15 septembre 1916, le 22e Bataillon part à l’assaut de Courcelette, un village français. Cette bataille est la première d’envergure à laquelle participe le bataillon. Elle dure quatre jours et est l’une des plus meurtrières pour le 22e Bataillon. Elle permet toutefois de démontrer le courage et l’héroïsme de l’unique bataillon d’infanterie canadien-français ayant combattu en Europe, lors de la Première Guerre mondiale.

À l’occasion des 100 ans de la bataille de Flers-Courcelette, le Musée Royal 22e Régiment souligne ce fait d’armes historique à travers une exposition spéciale de photographies, d’oeuvres d’art, de témoignages et d’objets. L’œuvre «À l’assaut de Courcelette» de l’artiste de guerre Roger Chabot, qui met en scène cette bataille, sera exposée pour la première fois.

Cette exposition fait vivre au visiteur l’attaque et les conséquences de cette importante bataille qui valut au 22e Bataillon une renommée tant en Amérique du Nord qu’en Europe.

ACCÈS À L'EXPOSITION INCLUS À L'ACHAT D'UNE VISITE DE LA CITADELLE ET DU MUSÉE

Crédit image - Fortunino Matania - Prise par les Canadiens de la raffinerie de sucre à Courcelette le 15 septembre 1916       MCG 19870268-001 - Collection Beaverbrook d’art militaire                                
Musée canadien de la guerre

 

PARA : SURGI DES NUAGES

Du 11 novembre 2015 au 4 septembre 2016



Découvrez un aperçu de l'exposition grâce au reportage de Ici Radio-Canada.

Le parachutiste militaire, communément appelé PARA dans les rangs de l’armée, est un fantassin d’exception. L’exposition PARA est un voyage à travers l’histoire, les qualités, les traditions, l’entraînement et les techniques spécifiques de ce militaire aguerri. Le visiteur découvrira un ensemble exceptionnel d’insignes, d’objets mythiques et d’iconographies provenant des collections et archives du Musée Royal 22e Régiment, de collections privées et d’institutions militaires. Une telle mise en valeur permettra à tous de connaître l’histoire du parachutisme canadien ainsi que les symboles communs aux parachutistes militaires du monde entier.

Le visiteur aura une vision plus concrète en étant invité à vivre une expérience immersive comme s’il se préparait à sauter d’un avion Hercules : images, parachutes et décor le mettront dans l’ambiance. 

Cette exposition grand public saura plaire aux adultes curieux et à toute la famille. Les amateurs de parachutisme pourront d’ailleurs laisser leur marque en inscrivant leur nom et leur nombre de sauts sur le mur «Et vous, combien de sauts ?».

Des cahiers d'activités (jeux, questions, coloriage, décodage) sont offerts gratuitement aux enfants, afin d'agrémenter leur visite de l'exposition. Demandez-en un à la caisse ! De retour à la maison, vérifiez si vous avez eu les bonnes réponses grâce au carnet des réponsespdf.

ACCÈS À L'EXPOSITION INCLUS À L'ACHAT D'UNE VISITE DE LA CITADELLE ET DU MUSÉE

musee royal 22e Couleurs       

Partenaire sous-officier  REMAXacces-Ballon-CMYK  logo comeau-20-10-15       

Partenaire soldat    LogoAtmosphair2013

 

 

 

 

Parallèle 

1914 - Afghanistan

Du 4 décembre 2014 au 8 septembre 2015


En 1914, la Première Guerre mondiale débutait. En 2014, la mission canadienne en Afghanistan prenait fin.

L'exposition de photographies Parallèle met en parallèle le travail des premiers photographes des champs de bataille lors de la Grande Guerre et celui des photographes de la mission canadienne en Afghanistan.

Pour souligner les rapprochements historiques, technologiques et humains entre ces deux périodes, le Musée Royal 22e Régiment présente  une adaptation de l’exposition Parallèle, créée par Caméra de combat des Forces canadiennes, l'organe photographique de l'armée, en y intégrant des éléments de ses collections.

Le Musée a ainsi ajouté sept paires de photos certaines mettant en scène des membres du Royal 22e Régiment dans des contextes troublés en terre européenne et afghane.

L’exposition itinérante Parallèle, composée de 17 paires de photos, présente ainsi les rapprochements entre ces deux périodes avec réalisme et esthétisme.

Le Musée a aussi enrichi l’exposition d’une vitrine présentant des objets utilisés par les militaires lors de la Première Guerre mondiale et leurs comparatifs actuels.

musee royal 22e web2  image 003 FR45eNordLogoV3c 5000   logo ici radio-canada cmyk couleur

 

 

 

 

 

La Grande Guerre vue par les peintres français

Oeuvres des collections du musée de l'Armée - Paris

En exclusivité nord-américaine

Du 14 août au 11 novembre 2014


1914-2014

Il y a 100 ans, la Première Guerre mondiale éclatait en Europe.

Pour souligner ce centenaire, le Musée de l'Armée, situé à l'Hôtel national des Invalides à Paris, a fait un prêt exceptionnel de vingt œuvres, dont certaines n'ayant jamais été exposées, au Musée Royal 22e Régiment.

Ces œuvres peintes d'après des scènes vues au front ou à partir de photos racontent la Grande Guerre à travers des évènements qui se sont déroulés en France. De la peinture à la gouache, en passant par l'aquarelle, la guerre s'expose à travers des scènes de la vie des soldats, des paysages, des départs et des rencontres.

Cette exposition a été rendue possible grâce au soutien financier de la Direction Histoire et Patrimoine de la Défense nationale du Canada.

LogosExpoGrandeGuerre 

 

 

 

 

À la défense du territoire

Juin 2012 à septembre 2013


L'exposition À la défense du territoire, immerge le public au cœur de la Citadelle de Québec. Mettant en relief la position stratégique du Cap-Diamant, site défensif sur les hauteurs de la ville, les visiteurs voyagent à travers l'histoire et plus particulièrement celle de Québec, qui a conduit à la construction de la forteresse.

Le Cap-Diamant!

Déjà, Samuel de Champlain constate l'importance de ce lieu stratégique lorsqu'il débarque sur les terres de l'Amérique du Nord.

Plusieurs constructions se succèdent sur le site au cours de l'histoire. La décision d'édifier une citadelle permanente sur les hauteurs de Québec fait suite au conflit anglo-américain de 1812. Le public découvrira ainsi le contexte géopolitique dans lequel les Britanniques construisent la forteresse qui domine le fleuve, les plaines et la ville.

Pour réaliser les plans de la citadelle, l'architecte Elias Walker Durnford s'inspire des fortifications de Vauban, ingénieur français du XVIIe siècle. Les travaux de construction s'étalent entre 1820 et 1831 puis se complètent sur plusieurs dizaines d'années.

Charles Dickens, qui passe par Québec au XIXe siècle, est marqué par la ville et surnomme la Citadelle de Québec le « Gibraltar d'Amérique ».

Encore aujourd'hui, la Citadelle est une garnison militaire active occupée par un régiment francophone d'infanterie, le Royal 22e Régiment, et un haut lieu de diplomatie, la Résidence du gouverneur général, hôte des conférences de Québec et des rencontres de l'OTAN.

Lieu historique national, la forteresse s'offre à la curiosité des visiteurs qui découvrent dans cette exposition les objets de la collection du Musée Royal 22e Régiment, qui racontent l'histoire de cette forteresse unique en Amérique du Nord.

 

 

 

 

 

Lever le voile sur l'Afghanistan

Mai 2011 à mai 2014


La mission de combat du Royal 22e Régiment en Afghanistan a pris fin en été 2011. L'exposition Lever le voile sur l'Afghanistan se veut sans jugement sur la participation du Régiment à ce conflit, tout en permettant d'être témoin de ses actions.

À travers des objets rapportés, des documents, des photographies et des témoignages, l'exposition retrace le parcours du Régiment lors de cette mission.

Depuis 2004, les 1er, 2e et 3e Bataillons du Royal 22e Régiment ont été déployés tour à tour en Afghanistan. Au cours de leurs opérations, conjointement avec les forces de sécurité afghanes, ils ont sécurisé plusieurs périmètres en restreignant l'influence des insurgés et en protégeant la population.

À partir de juillet 2009, en allant vivre auprès de la population civile, ils ont créé un climat de confiance basé sur des rapports humains et des projets de construction d'infrastructures avec les Afghans.

D'autres volets de l'exposition sont consacrés à la culture afghane ainsi qu'aux journalistes et correspondants de guerre ayant couvert les opérations militaires dans ce pays.

Cette exposition est l'occasion de présenter le travail et l'environnement dans lequel ces hommes et femmes ont vécu, avant leur retour au Canada.